Né à Genève le 24 juillet 1999, Timothy Fayulu a commencé le football au CS Italien à l’âge de 7 ans, il était alors attaquant…

Timothy Fayulu: « Je courais super vite on m’appelait “Kirikou”. Bon, c’était aussi parce que j’étais tout petit. (rire) ».

Timothy a ainsi joué plusieurs mois comme attaquant avant un tournoi où, suite à une blessure, l’équipe se retrouva sans gardien.

Timothy Fayulu: « Je m’en rappelle comme si c’était hier, c’était à Henry-Dunant en salle. J‘allais chercher toutes les balles, je n’avais pas peur de me faire mal et j’ai terminé meilleur gardien du tournoi. C’était incroyable. C‘était mes vrais débuts dans les buts. On m’appelait “Mandanda” mais j’étais toujours de petite taille.(rire) »

Les premiers regards se retournent déjà et c’est Jérôme Roulier du Servette FC le premier à s’intéresser à ce petit gardien intrépide.

Timothy Fayulu: « J’ai su qu’il me voulait mais je ne l’ai dit à personne, ni au CSI, ni même à ma famille (rire). Comme j’habitais tout à coté j’ai été m’entrainer avec eux et un jour Jérôme Roulier a commencé à me poser des questions, puis m’a suivi discrètement en scooter pour voir où j’habitais et a commencé à parler avec ma mère. »

C’est ainsi qu’a démarré la période chez les grenats. Timothy a tout de suite été surclassé et a commencé à jouer avec les 98. Il a évolué 4 ans sous les couleurs du Servette et a participé à plusieurs grands tournois mais l’un d’eux reste gravé à jamais dans sa mémoire.

Timothy Fayulu: « C‘était à Rhodia, en 2009 je crois, c’est l’un de mes meilleurs souvenirs, en demi-finale j’arrête un penalty à la dernière minute et on gagne 4-3 contre Istres (Ligue 2-Fr), on va en finale contre l‘OL et on gagne 2-0. Je finis meilleur gardien du tournoi. »

Mais l’aventure du Servette finit là, trop turbulent le petit Timothy fut transféré à l’Etoile de Carouge où il évolua des M13 à la première.

Timothy Fayulu: « A cette époque j’étais également en sélection genevoise, c’était quelque chose d’extraordinaire. On avait une vraie équipe, je pense même la meilleure de Suisse mais on était des gamins. On allait en sélection pour s’amuser c’était pas très sérieux. »

Titulaire indétrônable en sélection, Timothy y a même été deux fois capitaine. Dans la foulée, il y a eu les M15 et les présélections Suisse à Vevey et Montreux. Il a fait toutes les étapes jusqu’à la dernière à Macolin.

Timothy Fayulu: « Ce fut un coup de massue, je devais être pris mais cela n’a pas été comme je le voulais. Ils ne m’ont pas gardé, j’étais découragé, dégoutté même. »

La saison suivante Timothy évolua avec les M16B (les A étant au Servette FC) et ne joua pas beaucoup, ce fut une année sans…

Timothy Fayulu: « la plus nulle que je n’ai jamais faite, j’étais dégoutté du football…mais depuis, chaque jour je remercie Dieu de m’avoir donné un grand frère. Il m’a secoué et m’a fait comprendre que le talent ne suffisait pas, que le football se joue aussi avec le mental. Timo tu as le talent mais tu travailles pas qu’il me disait. »

Mis à la disposition de l’équipe réserve en 2e ligue, il aura fallu une blessure du gardien titulaire pour que Timothy retrouve la surface de réparation et prenne son envol.

Timothy Fayulu: « J’ai enchainé, je me sentais en confiance, des agents recruteurs reprenaient contact, s’intéressaient à nouveau à moi. »

A cette époque Timothy Fayulu a connu en parallèle sa première sélection nationale avec les U20 de la République Démocratique du Congo lors d’un match amical contre l’Angleterre.

Timothy a alors commencé à faire des essais dans différents clubs français, notamment le club parisien du PSG où il n’a pas été conservé du fait de sa petite taille, mais aussi au FC Nantes, au AC Ajaccio ou encore à l’AJ Auxerre. Tous ces refus l’ont profondément marqué, une fois de plus Timothy était prêt à arrêter le football.
C’est à ce moment qu’on lui a proposé de le présenter au FC Sochaux-Montbéliard alors à la recherche d’un gardien de plus d’1m85. Le « petit » Timothy ayant grandi il mesure alors 1m91.

Timothy Fayulu: « J’y ai passé une semaine et en milieu de semaine mon agent m’appelle et me dit “ils veulent te garder c’est bon tu es pris…”. J’étais trop content, j‘ai tout de suite appelé mon frère. Il était ému et ma mère était toute heureuse. J‘étais fier de moi. »

La procédure est alors lancée mais malheureusement l’Etoile de Carouge et le FC Sochaux-Montbéliard n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur une indemnité de transfert, l’aventure s’arrête là.

Enfin pas tout à fait car Timothy, sûr de lui, avait signifié son départ en fin de saison au club carougeois, le voilà donc sans club en pleines grandes vacances d’été. Après un nouvel essai non concluant, cette fois au Dijon FCO, Timothy continua à s’entrainer mais seul.

Son frère contacte alors Neuchâtel Xamax, puis le FC Zurich et aussi les YB de Berne mais aucune porte ne semble vouloir s’ouvrir. Il va même faire un test à Annecy comme ultime solution mais sans moyen de locomotion c’était trop compliqué.

Il explique alors sa situation au FC Veyrier qui accepte de lui ouvrir les portes de leur terrain d’entrainement pour qu’il s’entraine avec les A inter quand son agent l’appelle pour lui dire que l’Olympique de Genève le veut.

Timothy Fayulu: « Il m’a alors fait une petite présentation de l’OG mais ma tête était encore en Franche-Comté. Je ne l’ai pas pris au sérieux sur le coup. Alors quand j’ai été convoqué pour faire un spécifique à Varembé afin d’être évalué par l’entraineur des gardiens je ne me suis pas présenté, j’ai préféré aller à la piscine avec des amis. (rire) »

Mais Robert Muller (Directeur Sportif de l’OG) l’a rappelé pour lui dire « Je te laisse une dernière chance mais si tu viens pas tchao. ». Timothy s’est présenté et a fait le spécifique.

Timothy Fayulu: « A la fin de la séance Robert me dit ok tu es pris. Il voulait me faire signer sur-le-champ. Sur le moment j’ai rigolé. Je n’y croyais pas, j’avais tout donné mais j’étais sur les genoux, un mois sans football c’est vraiment dur (rire) et finalement j’ai signé pour un an. »

Robert Muller: « Lors de son test sous l’expertise de notre entraîneur de gardiens Miguel, il impressionne tout le staff et nous étions ravis de réussir à le convaincre de signer avec nous. »

Timothy est arrivé sur la pointe des pieds dans le vestiaire de Varembé, il était le plus jeune et s’est retrouvé face à 4 gardiens.

Timothy Fayulu: « C’était difficile au début mais j’y ai découvert un encadrement et des conditions excellentes avec une très belle ambiance dans le vestiaire, un entrainement hebdomadaire spécifique pour les gardiens et surtout un masseur, Benji, avec qui je reste très proche. »

Au final l’Olympique de Genève n’a gardé que 2 gardiens.

Robert Muller: « Timo est motivé et travaille d’arrache pieds sous la houlette de Miguel afin de rivaliser avec le gardien déjà en place. La concurrence est rude et le staff fait jouer les 2 gardiens en alternance. Grâce à un travail spécifique de grande qualité, Timo a vite évolué si bien que plusieurs clubs suisses et étrangers se sont intéressés à lui. »

Devant les performances de Timothy le club de l’Olympique de Genève lui a rapidement proposé de rejoindre le programme « Élite Académie » de l’OG. Timothy ne s’est pas fait prier et c’est plus que motivé qu’il a répondu positivement.

Détails de la saison 2017/2018 à l’Olympique de Genève de Timothy Fayulu.

Timothy Fayulu: « Un jour Robert est venu nous voir pour nous parler d’un test dans une Académie de football en Italie j’ai tout de suite dit que j’étais prêt. On était 4 joueurs à aller à la Research Academy à Rome. Ça a été une semaine magnifique, pleine d’enseignements. Le football italien c’est le vrai football j’ai beaucoup aimé, je n‘avais même plus envie de partir tellement j’étais bien là-bas. »
Au retour, le dernier match de la saison pointait déjà le bout de son nez et ce n’était pas n’importe quel match pour Timothy puisque l’Olympique de Genève FC se rendait en terre carougeoise affronter la deuxième équipe de l’Etoile de Carouge.

Timothy Fayulu: « Ce n’était de loin pas un match comme les autres, en premier lieu il y avait de grandes chances que ce soit mon dernier match officiel avec l’Olympique de Genève, ensuite c’était contre l’Etoile de Carouge et on a gagné. »

Les retours de la semaine en Italie commençaient à arriver mais probablement plus mature Timothy préféra prendre son temps et participa donc à la préparation estivale avec l’OG pour garder le rythme.

Timothy Fayulu: « Tous les jours j’écrivais à Robert en lui demandant là j’y vais ? Je pars ou je ne pars pas ? (rire) C’est alors qu’il m’a parlé d’un match de préparation contre le FC Sion. »

L’un des objectifs du programme « Élite Académie » de l’OG étant de proposer à ses talents des essais dans des clubs pro, un match de préparation a donc été organisé contre les M21 du FC Sion au Bouveret.

Robert était sûr de son coup et du coup l’Olympique de Genève s’était déjà mis en quête d’un remplaçant à Timothy.

Timothy Fayulu: « En restant pour la confrontation avec le FC Sion je me suis dit si ça marche je fonce sinon je resterai une saison de plus à l’OG mais avec la venue d’un nouveau gardien je me suis senti à l’écart, je ne savais plus quoi faire. »
Arrive donc le jour de ce match de préparation qui sonne plus comme un ultime test pour Timothy qu’un simple match de préparation. L’Olympique de Genève l’emporte par 3 buts à 1. Toute l’équipe reçoit les louanges de l’encadrement technique du FC Sion mais il en est un qui s’est opposé avec brio à tous les tirs des attaquants sédunois.

Timothy Fayulu: « A la fin du match Robert vient me voir et m’annonce qu’ils me veulent en test. Ouahhh ça y est je l’ai, ma chance !. »

Dès le lundi matin Robert accompagne Timothy à Martigny, après une grande discussion avec Fournier. Timothy s’installe à l’hôtel pour 3 semaines d’entrainements et tests intensifs au terme desquelles, il intègre officiellement les M21 du FC Sion.

Timothy Fayulu: « Quand on m’annonce que j’étais pris en M21 j’ai sauté de joie et je me suis dit… là, c’est vraiment le début. »

Robert Muller: « Lors d’un stage à la ResetAcadamy à Rome, avec 3 de nos jeunes et plus tard en stage avec le FC Sion, Timo s’arrache, se fait mal…il se donne tous les moyens pour réussir, il a soif d’apprendre, de progresser, sa niaque et son mental lui donnent une image de guerrier et cela percute. »

Derrière, Timothy a réalisé deux bons premiers matchs avec les M21 avant qu’on lui annonce qu’il monte jouer avec la première. A lui maintenant de démontrer qu’on peut passer d’une 2e ligue genevoise à la première d’un club comme le FC Sion.

Timothy Fayulu: « Je n’en reviens toujours pas… tout s’enchaine si vite, il y a deux semaines, on a fait un camp en Italie pendant lequel j’ai effectué mes premières minutes en professionnel contre le Genoa. Je suis conscient que le plus dur reste à venir mais je n’oublierai jamais mon entrée en jeu et mon premier ballon. »

Robert Muller: « Après un mois au FC Sion, Timo a été scruté sous tous les angles et a su convaincre les dirigeants et finalement accédé à son rêve, rejoindre le FC Sion . Actuellement il s’entraîne avec le contingent de la 1ère équipe. »

A la question : Ça doit faire super bizarre de voir des gamins te réclamer un selfie ou un autographe ? Timothy répond « Ouais vraiment c’était incroyable, mais c’est que le début. »

Nous le lui souhaitons évidement et tout le club de l’Olympique de Genève FC le soutient et est fier de son gardien.

Timothy Fayulu: « Je tiens à remercier l’Olympique de Genève pour avoir cru en moi et avoir tout mis en œuvre pour m’offrir ces opportunités. Le programme “Élite Académie” n’est pas qu’un discours. C’est un véritable tremplin, une vraie opportunité et un soutien pour tous les jeunes talents. Je tiens à remercier tout le staff, le Président Allan Avventurato mais aussi et surtout le Directeur Sportif Robert Muller pour son investissement, sa persévérance et son soutien sans lesquels rien de tout ceci n’aurait été possible. Merci. »

Bonne chance Timothy et courage car tu n’es qu’au début du chemin.

Robert Muller: « Timo ouvre la voie à nos jeunes joueurs, il doit être un exemple pour d’autres et si besoin il confirme le bon travail de notre staff. Cette réussite démontre que le projet OG est en plein essor et qu’il est possible de progresser dans notre club grâce à l’excellent travail et aux compétences de nos entraîneurs. »

Tmothy Fayulu vient régulièrement le dimanche à Varembé voir ses anciens coéquipiers jouer, en attendant de le revoir il nous a envoyé un petit message vidéo en directe de Sion.

L’objectif de l’Élite Académie de l’Olympique de Genève est de trouver des jeunes footballeurs talentueux et de les aider à devenir des footballeurs accomplis en leur prodiguant une formation de qualité et une attention toute particulière pour les préparer à entrer dans le monde du football professionnel et à réaliser des essais dans les clubs pros. Notre programme se distingue par son concept et sa méthode de travail unique qui, contrairement aux autres académies, n’est pas un centre d’apprentissage mais bien un centre de perfectionnement. De par son réseau, l’Olympique de Genève offre à ses meilleurs éléments l’opportunité d’une formation au top et la garantie de pouvoir leur ouvrir les portes des plus grands clubs.